. Autrice - illustratrice jeunesse
. Tournefeuille - Haute-Garonne (31)


jeudi 26 janvier 2017

La naissance d’un outil : Graphismes en Chansons




Apprendre à tenir un crayon…
Apprendre les formes de bases de l’écriture …
Oui, mais comment ?


     Voici les questions que je me posais lors de ma première affectation en classe de maternelle. Il me semblait plus qu’évident que ce n’était pas en donnant des fiches à mes élèves qu’ils apprendraient à tenir un crayon ni à s’en servir. C’est en me référant à des supports théoriques que j’ai découvert les travaux de la rééducatrice en écriture Danièle Dumont. Son approche ludique du geste d’écriture correspondait à ma vision des apprentissages. 


     Au moment de la mise en pratique avec mes élèves, je me suis mise à rêver… A rêver de chansons qui accompagneraient chaque forme, tant par leurs mélodies que par les histoires qu’elles raconteraient.


Une chanson en forme de boucles qui accompagnerait l’histoire d’un avion en loopings…

Une musique se balançant qui raconterait les évolutions d’un gorille de lianes en lianes…

Une mélodie dessinant des ponts et qui se moquerait de quelques animaux sauteurs… ou pas !


     Tout le monde n’a pas la chance d’avoir dans son entourage proche un compositeur expérimenté. C’est pourtant mon cas en la personne de Raphaël Arches. Il a tout de suite accepté de relever l’énorme défi que je lui proposais : écrire pour les petits enfants une mélodie en boucles, une autre en ponts, une autre encore en ondulations…


                Et c’est ainsi que « Graphismes en Chansons » est né. Deux années de travail nous ont été nécessaires pour composer 16 comptines et chansons, et pour imaginer les situations pédagogiques. A chaque fois, nous proposons une démarche de découverte active pour les élèves :


  1. Bouger librement sur la musique, écouter en dansant, 
  2. S’arrêter pour raconter l’histoire de la chanson et bien la comprendre, 
  3. Mimer cette histoire sur la musique, 
  4. S’arrêter pour décrire les gestes qui ont émergé de ce mime, 
  5. Avec l’aide de l’enseignant, isoler le geste d’écriture puis le réaliser à nouveau en musique,
     
  6. Reprendre le geste face à un plan vertical avec un outil scripteur : la forme attendue apparait !
  7. Reproduire cette forme sur le plan horizontal,
  8. Enfin, une fois automatisée, utiliser la forme pour écrire. 


     Les résultats, bien qu’attendus, ont dépassé mes espérances : les enfants s’amusent, sont en confiance et en réussite ; les tracés sont beaux et francs. Et, cerise sur le gâteau, je les entends chanter nos titres en jouant durant des récréations !


     Un grand merci à Raphaël pour cette fructueuse collaboration !


Aucun commentaire:

Publier un commentaire